«Le Trièves, une nature préservée»

Avec un climat entre Alpes et Provence, collines verdoyantes et montagnes, le Trièves bénéficie d'une vraie douceur de vivre. Il offre des paysages variés et majestueux où coqueliquots, lavande et même vignes sont surplombés par les hauts sommets de l'Obiou et du Vercors donnant des contrastes aussi beaux que saisissants.

«Façonné par les glaciers»

Façonné par les glaciers, le plateau du Trièves est traversé par l’Ebron et alimenté par les eaux des montagnes du Dévoluy trouvant sa source sous le majestueux Obiou. Le torrent de s’enfonce par endroits dans des gorges resserrées avant de se jeter dans le lac du Monteynard.

 

«Une architecture trièvoise»

L’architecture des villages du Trièves est caractérisé par un habitat groupé. Le bourg principal de Mens avec un peu plus de mille habitants est riche d’histoire.  Le trait caractéristique se retrouve dans l’architecture des toitures,  des engrangeoux, tuiles écaille et génoises.

 

«Une Histoire... depuis la Préhistoire..."

Depuis la préhistoire.... Du Néandertal aux Maquis de la Résistance en passant par l'époque Gallo-romaine et les Huguenots.
Des fouilles archéologiques ont ont révélé les traces de Néandertal, des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique, et des premiers sédentaires du Néolithique, des occupants de l’âge du Bronze et de sites romains. Le Trièves tiendrait  son nom de la période romaine ("trois voies").

 

"UN ANCIEN BASTION HUGUENOT»

A la suite des prêches de Calvin Guillaume Farel avait converti en 1552 la plus grande partie des habitants du Trièves, paysans et nobles. Le célèbre général réformé Lesdiguières, avait son quartier général dans Mens, alors bourg fortifié ; il fit du Trièves un bastion contre les armées catholique et royale et demeura invaincu. Après la révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV en 1685, Mens connut les "Dragonnades". Un certain nombre de Triévois durent se résoudre à l'exil.

Mens se trouve sur la route des Huguenots en exil, qui essayaient d’atteindre, Genève, la Suisse et l’Allemagne.  Le chemin « sur les pas des Huguenots »  est aujourd'hui un itinéraire international classé (GR, chemin de Grande Randonnée) qui traverse le Trièves depuis le Diois.

 

«LA TOUR DES FEUILLANTS»

Le Trièves a connu comme partout ailleurs des siècles tourmentés. Des châteaux sur les mottes castrales il ne reste plus trace. En témoigne l’histoire de la Tour des Feuillants à deux km d’Avers, dont les éboulis sont aujourd'hui dominant sous la végétation,  et qui permettait de surveiller l’entrée du cirque de Tréminis  sous le Grand-Ferrand.

Randonnée : à partir d'Avers, en passant par le village des Petits Moulins, offrant une belle vue sur le Trièves et la vallée de l'Ebron.

 

«Un tourisme doux et une économie artisanale»

Le Trièves est un pays tourné vers le tourisme doux, dont l’activité principale repose sur une agriculture à petite échelle, respectueuse de l’environnement, les petits producteurs valorisant leurs produits par la transformation  et la vente directe. Ils font connaître leurs activités et produits  sur les marché des petits producteurs à Mens en été les mercredi matin, et par des petits marchés fermiers dans les villages en été (Lalley, Le Percy) . Ambiance sympathique  garantie.

 

«La vie culturelle»

Le Trièves se caractérise aujourd'hui par une vie culturelle très riche  grâce au  dynamisme de ses habitants ; il existe de nombreuses associations et initiatives :  l'Ecran Vagabond du Trièves,  le « Festival des Pieds dans l’Ebron », le festival de "Mens Alors" et de nombreux artistes en résidence, notamment au "Petit Théâtre le Poulailler, de proximité internationale",   « Foire de la Transition » en septembre à Mens,  la « Foire au plants » début mai, les "Jardins partagés" à Mens et au Percy,….

"Des Ombelles"
"Des Ombelles"


Téléphone :
06 73 11 92 21

 

Mail :
les-ombelles@wanadoo.fr

 

Adresse :
Gîte "Les Ombelles"

198 rue de la Mangette
Avers 38930 LALLEY

 

Localisation :

Trièves-Vercors
Sud-Isère (38)

65 km de Grenoble